Skip to main content

Gauz’ avait raison

Depuis 2020, surnommée aussi l’année de la chauve-souris de Wuhan, tout le monde se méfie de l’enthousiasme excessif du mois de janvier. Je le sais parce que je n’ai reçu dans aucune de mes messageries ce GIF animé en feu d’artifice ou le JPEG hyper coloré qu’on t’envoie pour te souhaiter « bonne année + joyeuses fêtes ». J’avoue que je me suis pris à rêver que les expéditeurs de ces conneries ont tous été amputés des deux pouces en châtiment de toutes les fois où ils ont transféré ce fichier que tu reçois en centaines d’exemplaires, mais d’expéditeurs différents, convaincus chacun de son côté de faire preuve d’une grande originalité. Peut-être que je tombe encore dans l’excès d’optimisme qui me caractérise ? Les « bonnannéteurs » ennuyeux sont comme nous tous plongés dans la morosité ambiante. Ou alors, peut-être se sont-ils reconvertis dans les groupes WFM (WhatsApp Facebook Messenger) antivax, anti-français, pro Zem, pro coup, anticoup, pro Simone, anti Diaby, panafricanistes… pour exercer leur passion immodérée du relais de fichiers ? Auquel cas, je réitère ma sombre volonté de les voir privés des doigts préhensiles qui ont révolutionné la vie de nos ancêtres primates. Ils en faisaient un bien meilleur usage. Il doit y avoir un grand professeur ou grand politologue ou un grand spécialiste qui sait quelque chose à ce propos. Avec un peu de patience, on recevra bientôt dans nos téléphones sa science diffuse.

Je n’ai pas eu tort de me méfier. Notre Babi a commencé l’année avec la fièvre. Pas la fièvre au second degré, celle qui d’habitude en cette période monte la température des nombreux lieux de divertissement. Mais la fièvre au premier degré, celle qui monte le mercure des thermomètres que l’on met dans la bouche, glisse sous les aisselles ou enfonce dans l’a… Pardon ? On me dit au fond de la classe que je suis totalement dépassé, encore scotché au temps des Quinimax et des seringues en fer. OK, je concède, les thermomètres d’aujourd’hui sont digitaux et à laser. Sans toucher aucun corps, ils ont indiqué pour la moitié de la ville plus que les 37° réglementaires de notre biologie. Tout le monde disait « j’ai attrapé une grippe bizarre » Ah, ma ville, aussi optimiste que moi et a avec un meilleur sens de la formule. Personne n’a dit « covid ». Cela m’a rappelé les années 80 et l’épidémie du sida. Les malades disaient « j’ai la fatigue générale ». Heureusement, la grippe abidjanaise n’a pas la même issue inéluctablement fatale. La ville s’est remise promptement de ce qui a visiblement été enfin la première vague de covid du pays pendant que les Occidentaux en sont à la cinquième. Pour une fois, on est content d’être en retard. La professeure Mireille Dosso elle-même, grande patronne de l’Institut Pasteur a confirmé. Il n’a pas été constaté de pic de mortalité dans les hôpitaux, sinon c’est le grand Molaré qui serait venu confirmer. Mais surtout, cela a attesté ce que j’écrivais dans un article pour Jeune Afrique : le corona n’a pas de vieux à tuer en Afrique. Je te vois te gratter la tête au fond de la classe. Ce que je viens de dire n’est pas une punchline rapivoire, une de ses phrases sans sens qui fait joli, mais ne dit rien. Le covid est une maladie de la pyramide des âges, le continent à 19,5 ans de moyenne d’âge, la conclusion est évidente, je l’ai écrite en avril… 2020. Tu peux vérifier.

Voilà, j’arrive au terme d’un article où tu apprends que je suis un oracle, un augure, un voyant, un vaticinateur, un mage, un divinateur, une kômian¹. Profite pour apprendre les synonymes, le BAAB est un magazine culturel. Je n’ai pas mis « prophète » parce que c’est une marque déposée les dimanches, et même si j’écris vendredi, il peut se trouver un zélé pour chercher à me délivrer du mal qui me donne à l’avance raison si souvent. Exemple : les Éléphants de Côte d’Ivoire vont jouer la finale de la CAN, ça va Haller² très très fort. Je ne risque rien à le dire. Si j’ai tort, la phrase t’aura fait plaisir et tu auras partagé avec moi un grand trait de caractère de Babi : l’optimisme béat. Si j’ai raison, ça va confirmer mon autoproclamé statut d’oracle et tu t’écrieras : à bâtard³, Gauz‘ avait raison !

¹Kômian, une tantie akan vêtue d’un pagne blanc, taguée de kaolin sur tout le corps et qui balance du talc dans tous les coins pour invoquer les esprits. 

² Haller, attaquant na Éléphant éza balaise ézali na ki tête pissant dans filet wouhoooo ! 

³Je ne vais quand même pas t’expliquer toutes les interjections de la ville ? À bâtard !

Par Gauz’

Publié en février 2022