Malaki est le pseudonyme de Gauthier Gianlupi, un père de famille baroudeur qui emmène régulièrement sa tribu s’émerveiller sous le ciel clair du monde, et exerce en tant que professeur des écoles à Jacques Prévert. Côté jardin, on découvre un photographe à l’humanité bienveillante, délicatement attentif à ce et ceux qui l’entourent. Un «reporter de paix» dont les clichés, par leur vibrante sincérité, rendent hommage à l’ineffable beauté de la Côte d’Ivoire et à la résilience de tous les peuples qui la composent. 

Si Gauthier a toujours été intéressé par l’image, c’est au hasard du défi «7 Days, 7 Photos», lancé en 2017 sur Facebook, qu’il «entre en photographie». De nombreuses heures de lecture et de navigation sur le Net et quelques excursions de groupe avec le collectif Flash Abidjan lui permettent progressivement d’affûter ses armes et de développer une démarche et un langage propres. Son talent est remarqué à l’occasion du Photowalk 2017, et l’un de ses clichés, exposé à la fondation Donwahi avec ceux des autres lauréats. Aujourd’hui, entre ses obligations familiales et professionnelles, il essaye de consacrer une à deux sorties par mois à sa passion, sillonnant les différentes communes d’Abidjan mais aussi les villages et rivages d’Assinie avec son hybride. Outre ses carnets de voyage photographiques et une série très réussie sur les pêcheurs ghanéens réalisée en octobre, cet autodidacte immortalise indifféremment mains d’artisans, sourires, jeux d’enfants et de lumière, saisons de la vie, ambiances… et capture des instants volés pleins de grâce, bulles fragiles échappées des interstices de la machine à broyer sociétale. Sans thème de prédilection ni influence particulière, il s’attache à saisir «l’énergie, la bonne humeur et la joie de vivre communicatives de cette belle humanité qui transcende le terrestre, les difficultés du vécu quotidien, et dont on aurait bien des leçons à tirer». Une magnifique déclaration d’amour à la Côte d’Ivoire.

Photographies disponibles sur demande en 30×20 ou 60×40 

 

Facebook : Malaki Photography

Instagram : @malaki_photography

E. Vermeil