Zorpiii : les marionnettes de la société

Zorpihôtô ! Vous avez sûrement dû entendre ce terme dans les rues des quartiers populaires d’Abidjan. Une boutade très souvent lancée par les usagers du langage nouchi, cet argot ivoirien qui s’enrichit et s’internationalise avec le temps. Zorpihôtô est une expression conceptuelle qui exprime la laideur. Portée sur les cimaises par l’artiste ivoirien Zorpiii qui s’est approprié le concept pour en faire sa signature artistique, Zorpihôtô devient une abstraction à travers laquelle nous sommes invités à voir le beau dans la laideur. En clair, à travers ses œuvres, Zorpiii se lance dans une quête du beau dans le moins beau, partant du principe que la beauté est loin du physique. S’inspirant de sa propre vie et de celle des autres, ses œuvres sont également l’expression de douleurs et de peines diverses. Mais au-delà de tout, il désire ardemment ouvrir les yeux des uns et des autres sur les réalités cachées de la vie, car selon lui, beaucoup sont manipulés telles des marionnettes par leurs propres addictions ou par leurs dirigeants. D’où le thème de son exposition « Les marionnettes de la société », une série d’œuvres mêlant l’acrylique sur toile et une technique de collage. Déjà exposées à l’Hôtel Pullman en juillet 2020 et à l’espace Ménékré en 2020, elles seront visibles ce mois-ci à la Case Bleue de Grand-Bassam.

Originaire de Côte d’Ivoire, Gérard Konan Kouakou dit Zorpiii est né en octobre 1991, à Port-Bouët. Passionné par l’art depuis l’enfance, il étudie au Lycée d’Enseignement Artistique à l’INSAAC, puis en cycle supérieur à l’Ecole des Beaux-Arts. Officiellement reconnu comme street artiste par l’Institut Français de Côte d’Ivoire, il est également formateur à Educ’Art et professeur d’arts plastique au conservatoire Saint-Viateur.

Zorpiii

Face – Insta – Tweeter : Zorpiii

Par Yannick Effoumy

Publié en avril 2021