Ce mois-ci, on prend la direction du Nord en compagnie de Sylvie et Mamadou d’Evasion en Côte d’Ivoire. Cap sur le pays Sénoufo, dans l’un de ses villages reculés à la rencontre d’une population aux coutumes mystérieuses et quelque peu énigmatiques pratiquant les rites initiatiques du Poro. On découvre ensemble… Visite guidée spéciale BAAB ! Un village typique et préservé. C’est dans un village, à quelques kilomètres de Korhogo que commence notre visite. En marge de la ville moderne se dresse un ensemble de cases singulières typiques de la région : rondes pour les femmes et rectangulaires pour les hommes, elles sont construites en terre et toits de chaume et entourées de greniers à grains dont le nombre reflète la richesse de chaque famille. En guise de décoration intérieure, un enduit de bouses de vaches que les habitantes lissent à la main… Si un petit cours pratique vous tente, elles se feront un plaisir de vous faire participer ! Au centre du village, une case plus imposante : C’est la case fétiche. Non habitée, elle est ornée de très nombreux colliers de chiens issus d’animaux sacrifiés. Son toit de chaume est recouvert chaque année d’une couche supplémentaire. L’ensemble du village participe en priorité à la tâche car quiconque reprendrait sa propre toiture avant celle de ce monument s’exposerait à une menace d’incendie mystérieux… Le Bois Sacré, siège des rites du Poro Plus loin, l’arbre à palabres et à la sortie du village, le Bois sacré. On ne peut pas y pénétrer (il est sacré !) mais il intrigue… car à l’intérieur se déroulent les rites initiatiques du Poro : un ensemble d’enseignements et d’épreuves qui permettent à l’homme sénoufo d’accéder à la connaissance. C’est une société extrêmement mystérieuse qui possède sa propre langue et ses codes. Un geste, un mot de passe suffisent à se reconnaitre et à repérer les initiés des profanes. Les valeurs enseignées doivent rester secrètes et nul n’a le droit d’en révéler ses aspects aux communs des mortels. C’est pour cette raison, semble-t-il, que les femmes ne sont plus initiées… trop bavardes, elles auraient révélé trop de secrets ! Le Poro, un parcours long et difficile Un guide local nous en apprend un peu plus sur les grandes étapes de ces pratiques. L’initiation selon les rites du Poro peut prendre toute une vie : 3 cycles de 7 ans sous forme de séjours (de 01 jour à 01 mois) dans le Bois Sacré. Les jeunes enfants y apprennent d’abord la signification des symboles initiatiques et l’utilisation de la daba pour les tâches agricoles. La seconde phase transforme l’adolescent en homme adulte. Il apprend les règles de la communauté, la confection des costumes, les danses et les chants. Il subit également un entraînement physique extrêmement dur. Le dernier cycle est consacré aux hommes d’âge mûr. Ils reçoivent un enseignement complet mais subissent également de dures épreuves d’endurance (que certains n’arrivent pas à surmonter) allant de la privation de nourriture ou de sommeil, à la flagellation. Le Boloye, la danse de réjouissance La visite s’achève au rythme des calebasses à cauris et des koras devant le fabuleux spectacle “des hommes panthères”, danseurs acrobates du Boloye, la danse sacrée exécutée par les seuls initiés. Une ambiance festive, une musique et une gestuelle pleine de signification et de magie qui nous plonge, une fois encore, en immersion complète dans le patrimoine culturel ivoirien. Une expérience unique et inoubliable !

Heyssi

Evasion en Côte d’Ivoire

07 58 96 12 64 / 07 59 53 39 42

Évasions en Côte d’Ivoire avec Sylvie & Mamadou | Baab

Publié en juillet 2016