Il y a des lieux qui ne ressemblent à rien de ce que l’on connaît. L’Hôtel de l’art est de ceux-là. Dressée dans le ciel poudreux de la capitale du Gbêkê, sa silhouette massive aux murs couleur de sable évoque celle d’un cargo revenu de tous les voyages avec, dans ses cales, une moisson de trésors, précieux talismans d’un monde dédié à la beauté, à l’art et aux rencontres. Ouvert en mai 2016, cet établissement atypique est une adresse à découvrir absolument si vous séjournez à Bouaké. Curiosité architecturale et véritable sanctuaire des arts, ce bâtiment inclassable porte la griffe de Roland Sié, Français de souche et Ivoirien de cœur résidant à Bouaké depuis plusieurs décennies. Dans les années 1990, l’homme se fait connaître en tant que pilote et mécanicien de rallye auto-moto. En 2014, on le retrouve à Abidjan, où il ouvre à Biétry un entrepôt-galerie figurant parmi les sites d’accueil retenus pour la première édition de l’Abidjan Art Festival. Le public a l’occasion d’y découvrir ses peintures abstraites et ses imposantes sculptures en fer forgé. Voisinant avec quelques très belles « vieilleries» chinées ici et là, plusieurs de ses créations ornent d’ailleurs les murs et pièces de l’Hôtel de l’art : toiles, luminaires, sculptures, petit et moins petit mobilier… Ici, entre un antique Solex « planté » dans le décor, un arbre métallique tombant littéralement du ciel et d’imposants totems aux allures de gardiens paisibles, pièces de design industriel, antiquités et artisanat africain traditionnel se côtoient dans une surprenante harmonie de couleurs et de formes. L’histoire de cet hôtel, dont la construction a été entamée en 2002, résume les différentes vies des époux Sié à Bouaké : fusion de deux résidences familiales successivement transformées en boîte de nuit (L’Antirouille, en lieu et place de laquelle on trouve aujourd’hui le hall d’accueil de l’hôtel) puis en restaurant (Le Chantier), cet établissement, géré avec beaucoup de soin par l’excellent M. Paul Yao Kouassi, bénéficie d’un emplacement central très avantageux qui en fait, outre ses qualités intrinsèques, une option de logement idéale. Les lieux se déclinent en divers espaces de vie dotés chacun d’une personnalité propre : en plus des chambres, bien équipées et confortables, on relève une piscine en étage, un toit-terrasse et un patio, particulièrement agréable au petit déjeuner, mais aussi la galerie de l’hôtel, où les artisans et talents locaux peuvent venir exposer librement, et L’Entrée des artistes, bar-restaurant au cachet fou avec ses volets à persiennes, son magnifique comptoir taillé dans un bloc de tronc d’arbre, et son mur de 33 tours jouables à la demande. On ne sait pas vous, mais nous tout de suite là comme ça, on verrait bien «Hotel California » comme BO. «Such a lovely place…»!

Hôtel de l’art

quartier Nimbo, av. Jacques Aka

Tel: 27 31 63 14 93

Publié en juin 2018