Nous sommes en 2019 après Jésus-Christ. Toute la Côte d’Ivoire est en proie à la fièvre de la sacro-sainte émergence… Toute ? Non ! Un petit bout de paradis peuplé d’irréductibles amoureux de la nature résiste encore et toujours aux ravages de la mondialisation et à ses conséquences néfastes sur l’environnement. Et la vie est bien douce pour qui s’aventure jusque chez les frères Hameidat, dans le camp retranché de Tabaoulé… « Éteignez tout et le monde s’allume », enjoint Sylvain Tesson. Adepte des retraites  méditatives au contact d’une nature sauvage, loin de ce monde numérisé qui nous dicte notre façon de vivre, l’écrivain voyageur ne bouderait sans doute pas un séjour à Tabaoulé. Bonne nouvelle : pour « faire l’expérience du sensible au coeur d’une réalité qui n’a pas besoin d’être augmentée », nulle nécessité de fuir au bout du monde. Car ce bout de monde là se situe sur la côte sauvage du Sud-ouest ivoirien, dans la baie de Tabaoulé, à une trentaine de minutes de piste de Grand Bereby. Bienvenue chez Jean-Paul et Daniel Hameidat, enfants du pays qui ont décidé, il y a quelques années, de quitter le bruit et la fureur de l’Europe et ses villes pour s’installer aux confins du littoral ivoirien. Afin d’assurer leur nouveau mode de vie, les deux frères ont eu l’idée d’un écolodge axé sur l’autosuffisance et la préservation de l’environnement. Sur cette parcelle de terrain d’une dizaine d’hectares, trait d’union entre l’océan bleu roi et le vert profond de la forêt, ils ont construit une utopie qui fonctionne. Une grande paillote centrale intégrant bar et restaurant ; des logements écologiques faits main en bambou tressé, terre et papo et des bungalows en dur climatisés (pour les moins « Robinson ») ; un vaste jardin
parsemé d’hibiscus, orchidées sauvages, Ylang-ylangs, Orgueils de Chine, frangipaniers accueillant
une faune variée (pangolins, caméléons, singes, calaos, toucans, lémuriens et papillons divers) ; un potager et un verger bio dont les produits (roquette, aubergines, courgettes, tomates coeur de boeuf, corossols, goyaves, pommes cannelle, cacao…) accompagnent les délicieux repas composés de la pêche du jour rapportée par Jean Delafosse – plongeur attitré du Tabaoulé, ou « cueillie » sur le rivage (langoustes, écrevisses, oursins, moules, bulots, bigorneaux, etc.). Au programme des activités, balades sur la plage de la Roche plate, baignades enchanteresses dans une mer claire et peu agitée dont le beau relief rocheux a creusé de fabuleuses piscines naturelles, snorkeling, sessions pêche, paddle ou kayak sur la rivière de la Dodo, observation de la faune et sorties de vision des singes organisées en partenariat avec le Katoum, balades en forêt et visites solidaires du village de Mani Bereby… Enfin, le lodge, implanté sur un sanctuaire préservé et lieu de ponte privilégié de tortues marines (Luth, Olivâtre, Verte, imbriquée ou à écailles), bénéficie d’une proximité exceptionnelle avec ces magnifiques reptiles, activement protégés depuis 2010 par l’ONG CEM (Conservation des espèces marines en Côte d’Ivoire), avec laquelle les frères Hameidat travaillent en étroite collaboration. Alors, vous partez quand ?

E. Vermeil

Tabaoulé Lodge | Baab

A 17 km de Grand Bereby

tel: 07 47 54 36 20

Fb: Tabaoulé

Publié en mars 2019