2 chansons, 2 histoires

Djessimidjeka de DJ Arafat et Boulevard de la mort d’Alpha Blondy… tout le monde connait ces chansons par cœur ! Bon nombre d’Ivoiriens ont grandi avec elles et, malgré leur « âge », elles évoquent des souvenirs pour chacun d’entre nous. Mais connaissez-vous les histoires qui se cachent derrière les paroles, gaies ou plus tristes, de ces 2 titres ? 

Ce mois-ci, Marie-Noëlle du blog Candy Côte d’Ivoire les décrypte pour vous. La prochaine fois, c’est sûr, vous les écouterez différemment !

Djessimidjeka de DJ Arafat

dj-arafat_BAABUn dimanche de 2010, après son premier accident et alors qu’il sort tout juste de l’hôpital, DJ Arafat se rend chez Champy Kilo, son arrangeur. Il lui dit qu’il a “la rage” et le supplie d’enregistrer une chanson sur le champ. L’arrangeur cède et, une fois en studio, le chanteur lui demande de créer une mélodie qui sera à la fois triste et joyeuse et qui touchera le cœur des gens. Champy Kilo compose alors l’instrumental du futur hit sous l’oreille attentive du Daïchi qui, au bout d’un instant, ouvre le micro et chante d’un trait sans s’arrêter ! La version longue de Djessimidjeka est née et dure 10 min ! Un one-way qui restera pratiquement inchangé à quelques petits détails près, une communion entre un chanteur et son ingénieur son et un exutoire pour DJ Arafat qui y déballe tout ce qu’il a sur le cœur. C’est peut-être ce qui a touché le public il y a 10 ans et qui continue de le toucher aujourd’hui. Djessimidjeka fait partie de l’album Gladiator sorti en 2010.

Boulevard de la mort d’Alpha Blonby

En 1978, l’État de Côte d’Ivoire achève la construction de l’une des plus grandes artères d’Abidjan,Alpha Blonby 2 reliant l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny au centre-ville : le VGE, nom donné en l’honneur du président français, Valéry Giscard d’Estaing, en visite officielle en Côte d’Ivoire du 11 au 15 janvier de la même année. Le président est accueilli en grande pompe : des milliers d’Ivoiriens sont réunis le long de la route, la journée est déclarée jour férié, les transports sont gratuits, les élèves bénéficient de 48 heures de vacances, des pagnes à l’effigie du président français ont été cousus et la chanson “Akwaba VGE” réalisée par Manu Dibango passe en boucle à la radio !

Au fil des années, le VGE est de plus en plus utilisé par les automobilistes abidjanais. Malheureusement, lors de sa construction, aucun passage piéton n’a été prévu. Les piétons doivent alors traverser les 100 mètres de large du boulevard à leurs risques et périls… ce qui engendre, forcément des accidents mortels chaque jour. 

Le surnom de boulevard de la mort découle de tous ces faits tragiques. Alpha Blondy le reprend dans sa chanson pour rendre hommage aux nombreuses victimes et lancer un cri de détresse auprès des politiques ivoiriennes. La chanson produira l’effet escompté et des passages piétons seront installés plus tard sur les 8 kilomètres du boulevard Giscard d’Estaing. Ce titre figure sur l’album Jérusalem enregistré en Jamaïque en 1986 avec les Wailers, le groupe de Bob Marley.

Par Candy Côte d’Ivoire

Insta : candyciv    

Facebook : Candy Côte D’Ivoire  

Site web : candycotedivoire.over-blog.com

Publié en octobre 2021