Du 9 septembre au 29 octobre: exposition « 9 valeurs certaines » à la Fondation BJKD

A l’occasion de l’inauguration du nouveau siège de la Fondation BJKD, une mise en lumière de la crème des artistes confirmés ou émergents se fait à la Nouvelle galerie « PIECE UNIQUE ». Un nouvel espace plus spacieux, ouvert et adapté aux événements majeurs dans le domaine des arts et de la culture.
Ainsi sont proposées des créations en peinture, design, photographie, dessin et en art numérique.
Les noms retenus pour cette exposition sont :
Mathilde Moreau, artiste peintre, Adjaratou, artiste peintre invitée du Burkina Faso, Armand Boua, artiste peintre, Watonn, designer, Amakan, artiste peintre, Obou, artiste peintre, Amess, designer. Alberto, artiste peintre, David-Josué, artiste multimédia

PIECE UNIQUE est un espace dédié à l’Art et la Culture, mis à disposition de l’artiste ivoirien
pluridimensionnel Jacobleu, par la Fondation BJKD. Il sert principalement de lieu d’exposition d’œuvres d’art mais aussi de site de rendez-vous pour affaires culturelles et artistiques ainsi que pour des rencontres entre artistes, collectionneurs, mécènes, personnalités, amateurs et professionnels du monde de l’Art et de la Culture. Il reste ouvert au public et fonctionne au gré de sa programmation. L’accès y est libre et gratuit du mardi au samedi de 10h à 20h.

MATHILDE MOREAU

Mathide Moreau_BAABMathilde Moreau est née le 2 mars 1958 à Grand-Bassam. Dans un contexte social où la pratique de l’art n’était pas valorisante surtout pour une femme, elle eue le mérite de comprendre très tôt que le système des Beaux-arts était son environnement naturel. Elle explore à travers sa peinture; des thématiques comme l’organisation sociale des termitières, l’environnement de suie de la femme traditionnelle africaine, investie les techniques de la peinture traditionnelle et de la calligraphie chinoise. Et toujours sur des fonds préalablement travaillé avec le tapa. Cette étoffe non tissée obtenu à partir d’écorces de bois battu caractéristique des artistes du VohouVohou. Figure emblématique du milieu de l’art de Côte d’Ivoire, ses œuvres sont montrés en Afrique, en Europe, en Amérique du Nord et du Sud. Depuis mars 2006, Mathilde Moreau est la directrice de l’École Nationale des Beaux-Arts d’Abidjan.

ADJARATOU

Adjaratou_BAABAdjaratou Ouedraogo fait partie du cercle restreint des femmes peintres au Burkina Faso. Partisane « d’un art corrosif qui dissout tous les obstacles vers la liberté », la diversité des techniques qu’elle utilise suggère l’effervescence intérieure de la recherche très personnelle de cette artiste. Dans une démarche non dépourvue d’une certaine poésie, sa peinture organise des rencontres improbables entre objets, matières et idées. Après un ancrage plus sociétal et militant, les dernières créations d’Adjaratou Ouedraogo suggèrent l’univers des relations mèreenfant avec en toile de fond, un questionnement
autobiographique. Ce basculement – inopiné dans la production picturale de l’artiste – dans le petit théâtre de l’intime dévoile en filigrane, l’absence d’une mère. Blessure qu’elle sublime dans un univers toujours très coloré qui constitue aujourd’hui sa touche personnelle.

ARMAND BOUA
Armand Boua_BAABNé en Côte d’Ivoire, dans la commune de Koumassi, Armand Boua est diplômé d’Etudes Supérieures des Beaux-Arts d’Abidjan. Et depuis, il fait valoir son talent et la qualité de l’art ivoirien à des expositions internationales aux Etats-Unis d’Amérique, en Grande-Bretagne, au Maroc, au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Il fait partie des jeunes artistes africains les plus cotés sur le marché mondial de l’Art contemporain. Armand Boua est un artiste qui a pris fait et cause pour les enfants de la rue ou enfants dans la rue. Certains sont orphelins. D’autres sont issus de familles extrêmement pauvres. Il y a de ce commun lot, ceux qui, pour diverses raisons, ont choisi volontairement de vivre hors du cadre familial. Armand Boua aime bien récupérer des cartons qui lui servent de fond à traiter. Et il a bien raison. Le carton est le « lit », la « natte » et le « matelas » de ces mômes, dans les couloirs. Ses œuvres sont chromatiquement animées de tons blanc et noir. Le « noir goudron » du bitume, du sol et du macadam, symbole du vécu quotidien de ces gosses du trottoir.

WATONN
Watonn_BAABLandry Watonn, est un artiste ivoirien autodidacte né en 1979. Communicant de profession, Watonn est surtout un passionné d’art. Artiste pluridisciplinaire, l’artiste se plait à tester tous types de matériaux, et à expérimenter différentes disciplines dans lesquelles il peut exprimer sa sensibilité. Le Design graphique, la décoration et aménagement d’espace, en passant par la scénographie, le design industriel et de mobilier, les installations, la peinture artistique, la sculpture sont ses champs de prédilection. À sa première exposition « SPLASHESENSATION » en mars 2019, Watonn nous a fait découvrir une vingtaine d’œuvres dans un style « pop art », reprenant à sa sauce des codes de la culture urbaine classique combinés au style abstrait de jets de peinture à la Jackson Pollock. Et depuis l’artiste se fait de plus en plus connaitre dans l’univers artistique ivoirien. Le public abidjanais l’a redécouvert sur la fresque murale « ABOBOEZO en plein centre de la commune d’Abobo ».

AMAKAN
Amakan_BAABAMAKAN est un artiste peintre ivoirien né à Touba (Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire). Le pseudonyme AMAKAN est la contraction de Amani AKA Ange. L’artiste s’illustre dans le semi-figuratif. Il utilise des formes cassées pour exprimer ses désirs de liberté et ses pensées. Dans son travail, ces formes disparaissent, par endroits, ou réapparaissent, selon les lignes. En ressortent des personnages qui prennent forme sur le support et, de façon abstraite. AMAKAN extériorise la vie intérieure qu’on ne peut
indéniablement toucher. De cette perception, Auguste ERROL Mimi, critique d’art de renom est formel : « Les différentes séries de toiles produites à ce jour par lui donnent les signes évidents d’un travail inspiré d’une expérience vraie des choses de ce monde et de leur perception ». AMAKAN a participé à des expositions en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Sénégal, en Guinée, en Norvège et en Suisse.

OBOU
Obou_BAABObou est un jeune artiste ivoirien diplômé de l’école nationale des beaux-arts d’Abidjan. Sa thématique principale est la condition humaine. Il parle de là où il vit à Anono, Boribana, … Il peint des scènes de vie notamment des moments de confinement, les inondations, enfin tout ce qui touche à la condition humaine dont il peut être témoin. Précurseur du « Braid art » survenu à une période où le programme académique s’était alourdi avec l’avènement de nouvelles matières dans lesquelles il fallait aussi performer, les étudiants ne s’appliquaient plus en dessin. Et comme les dessins n’étaient pas très aboutis, ils les qualifiaient de « Vilain », de « Laid », de « Braidai ». et ils ont fait de cette
faiblesse, une qualité d’où l’appellation « Braid art ». Les rendus y sont déformés, décalés et spéciaux.
Aujourd’hui, son travail s’oriente de plus en plus suer la mise en scène de personnages masqués, car les
masques peuvent paraître « Braid », mais on y trouve une certaine forme de beauté.

AMESS
Amess_BAABDe ses vrais noms Bedel Bertrand AMESSAN, Amess est un Designer ivoirien, grand spécialiste du bois. Amess est également doué dans des compositions hétéroclites combinant le fer, le marbre, la récupération et la vitre. Avec une expérience d’environ deux décennies dans le domaine de la construction et de la décoration d’intérieur, Amess expose et participe à des évènements culturels majeurs sur le continent africain dont la biennale des arts contemporains de Dakar (Dak’Art) et Arkadi. Sa vision personnelle est de mettre à disposition d’une clientèle rigoureuse sur ses choix et ses goûts, des pièces originales alliant beauté et fonctionnalité.

ALBERTO
Alberto_BAABAlbéric KOUASSI alias ALBERTO est un artiste plasticien ivoirien, diplômé de l’Ecole Nationale des beaux-arts d’Abidjan. Il s’inspire de la culture urbaine de la ville d’Abidjan ainsi que des influences acquises au cours de ses voyages et formations pour créer des personnages parmi lesquels s’entremêlent tracés précis et couleurs vives. Son style est souvent comparé à celui de Keith Haring. Le street art et le pop art associés aux motifs et masques traditionnels ivoiriens, donnent une touche singulière à sa palette. Il essaie d’établir, dans ses œuvres, ce syncrétise réligieux dans lequel baigne les africains. Ils ont un pieds dans des croyances occidentales et orientales et l’autre pied est ancré dans les traditions africaines avec leurs supports de pratiques religieuses, rituelles et initiatiques.

DAVID-JOSUE
David Josue_BAABNé en Côte d’Ivoire, David-Josué Oyoua est un artiste multimédia autodidacte. Influencé par la culture africaine, il utilise des techniques de manipulation de photos, de composition et de matte-painting pour créer de superbes images qui racontent des histoires. Il s’agit principalement de revisiter à travers ses représentations les histoires, mythologies, allégories, légendes et contes populaires avec pour ambition de les “africaniser”. Il accorde une attention particulière aux costumes, aux décors, aux accessoires… tout est contextualisé pour se rapprocher au mieux de la culture africaine. Sa technique de travail est le compositing, c’est-à-dire un mélange de photos prises de vue réelles shootées en studio et dirigées par ses soins ou souvent achetées dans des banques d’images libres de droits. Il utilise aussi des images de synthèse (modélisation et rendus 3D) photo-réalistes et des touches de matte painting (peinture numérique) dans ses compositions. En plus de se définir comme un artiste numérique, Il aime se présente comme un “visual storyteller” car il ambitionne de raconter des histoires par le biais de ses créations.

Texte fourni par BJKD Fondation

Publié en septembre 2021