Skip to main content

Le Cotton Club, le rendez-vous du bon son

« Un peu parti un peu naze, j’descends dans la boîte de jazz… » chantait Michel Jonasz. C’est aussi un air que vous pourrez fredonner en passant la porte du Cotton Club, nouveau spot musical de Babi.

Cotton Club_1_BAABAnciennement Les Escaliers, le night-club de l’hôtel La Pergola à l’abandon depuis 15 ans, Le Cotton Club a officiellement ouvert le 18 février 2022, au terme de 7 mois de travaux. Une capacité d’accueil de plus de 100 personnes répartie sur deux étages, deux barmaids, un cigar lounge, deux terrasses extérieures, une piste de danse, un écran géant, des cocktails, whiskies, champagnes, tapas… Voici un peu ce qui vous attend. Si les lieux se basent sur le mythique club de Harlem, loin de la Prohibition, le Cotton Club est surtout né d’une envie de bonne musique et de son de qualité. Pour ce faire, Gilles Becue et son équipe ont constitué un live band composé de 2 chanteuses, 2 chanteurs et 6 musiciens (guitariste, bassiste, batteur, pianiste, trompettiste et saxophoniste) qui répètent ensemble depuis plus de 5 mois, à raison de 4 heures par jour 4 fois dans la semaine.

Le résultat est excellent, porté par un matériel sono entièrement importé de France et une parfaite connaissance des standards qui font vibrer, de Jimi Hendrix à Janis Joplin en passant par Franck Sinatra, les Fugees et Ray Charles, sans oublier Louis Armstrong, Nina Simone ou Elvis Presley. Davantage qu’à l’exploration d’un style en particulier, c’est surtout à un voyage musical que l’on vous convie ici, puisque tout le beau monde et le beau son des années 1930 à 1960 y sont représentés. Avant et après les généreux sets (pas moins de 4 heures de show) du band résident, un DJ assure l’ambiance. Cherry on top, la scène du Cotton Club est ouverte à tous : DJ invités et guests de prestige comme Kajeem, qui y a récemment chanté pour son anniversaire ou le groupe Djam, présent à lors du MASA.

S’il vous prend l’envie de pousser la chansonnette ou tâter de la batterie, du clavier ou autre, sachez que c’est possible, plus d’un client se prêtant occasionnellement ou régulièrement à des bœufs improvisés avec les musiciens de la maison. En deux mots comme en cent : on aime!

Par E. Vermeil

Publié en avril 2022