Skip to main content

Wolfgang Tillmans : Here We Art

En collaboration avec le Goethe-Institut Côte d’Ivoire, le MuCAT (Musée des Cultures Contemporaines Adama Toungara) accueille «Fragile», une exposition personnelle itinérante du photographe et plasticien allemand Wolfgang Tillmans, produite par l’IFA (Institut für Auslandsbeziehungen – Institut pour les relations à l’étranger¹). Après Kinshasa, Nairobi, Johannesburg, Addis-Abeba, Yaoundé et Accra, l’étape abidjanaise de la première tournée africaine de l’artiste a ouvert ses portes le 21 janvier et se poursuivra jusqu’au 13 mars 2022.

Photographe emblématique des contre-cultures, Wolfgang Tillmans s’est fait connaître pour ses clichés d’une jeunesse libertaire issue de la génération post-punk et amatrice de musique techno. Son travail, qui s’attache à explorer les limites du visible et la frontière entre intimité et critique sociale, comprend à la fois portraits, natures mortes, paysages et objets mis en scène ou capturés sur le vif. Derrière l’apparente banalité de certains sujets, point une intensité esthétique qui brouille les lignes entre l’abstrait et le concret, attirant inévitablement le regard. Une démarche amplifiée par la présentation des œuvres, encadrées ou non et déclinées en différents formats, véritable installation en soi. «Accrocher sans hiérarchie est un geste qui permet de décider de ce qui va être important pour le spectateur. Il ne s’agit pas de flécher le parcours.» explique Tillmans.

¹Institution allemande de premier plan dans le domaine de l’échange culturel international soutient notamment, sur la base d’un concept élargi de la culture, l’art, la formation et l’éducation au service de l’entente entre les peuples.

« Fragile » contient plus de 200 clichés datés de 1986 à 2017 et tente de montrer que la fragilité est une force, et non une faiblesse. On y croise pêle-mêle une femme aux yeux fermés en pleine extase festive, son visage encadré par deux mains anonymes; un autoportrait de l’artiste en tenue sportswear; des images intimistes de son entourage, dont celle d’un proche se retirant une écharde du pied ; un gros plan de phare de voiture ou d’une langouste évidée dont les restes de chairs mortes suscitent la convoitise gourmande d’une mouche, ou encore une mission de sauvetage des garde-côtes italiens au large de Lampedusa. Parmi les clichés les plus impressionnants, ceux en sépia, datés des années 1990, dont l’un immortalise un cercle d’amis lovés les uns contre les autres sur une plage, et l’autre, le face à face magique entre un homme et un cerf sorti de nulle part. Confiance, empathie et proximité sont visibles et palpables dans les images de Tillmans. Sa posture se laisse entendre comme un appel à la liberté et comme une invitation à la rencontre avec l’Autre, sans crainte, mais avec une curiosité ouverte. Relations inter-individuelles et attachement consolident la structure sociale, ce sont des motifs que l’on retrouve dans l’exposition « Fragile ». En pointant du doigt la nature imparfaite de nos existences et en révélant des perspectives insoupçonnées sur la matérialité de la vie, celle-ci met en lumière tous ces petits riens qui forment un grand tout, ces moments de partage, ces liens sociaux, amicaux et familiaux d’autant plus précieux en période d’instabilité sociale et politique.

NB : «Fragile » occupera également l’espace urbain d’Abidjan. Partie intégrante de l’exposition permettant à l’art d’aller à la rencontre du public, des images de Tillmans seront présentées sur six grands panneaux d’affichage à Koumassi, Marcory, Cocody et Abobo. Ouvrez l’œil et le bon !

«Fragile» de Wolfgang Tillmans, Jusqu’au 13 mars 2022 MuCAT, Abobo. Tel : 07 79 68 33 83

Par E. Vermeil

Publié en février 2022